LA LUMINOTHERAPIE

La luminothérapie permet de pallier le manque de lumière et de garder le moral.

La diminution de la luminosité, surtout en automne et en hiver provoque chez certaines personnes, une baisse de la vitalité, des troubles du sommeil, du stress ou encore des dépressions saisonnières.

Le principe est de s’exposer durant la journée, de préférence le matin, à une lampe de luminothérapie.

La lumière de cette lampe, artificielle de couleur blanche dite « à large spectre » imite celle du soleil pour traiter principalement les troubles associés au dérèglement de l’horloge biologique interne.

La luminothérapie est très demandée par les dépressifs saisonniers, ou blues de l’hiver, les personnes qui souffrent de fatigue chroniques, les insomniaques, les personnes qui travaillent la nuit, les personnes souffrant des décalages horaires ou jetlag lors de voyage, les femmes ayant un syndrome prémenstruel.

Elle est déconseillée aux personnes atteintes de certains problèmes oculaires ou de maladie affectant la rétine comme le diabète, ainsi qu’aux personnes utilisant des médicaments photosensibles comme le lithium, certaines huiles essentielles et enfin aux personnes sous traitement antiépileptique.

LA LUMINOTHERAPIE consiste à exposer les yeux à une lumière d’intensité et de spectre lumineux spécifique proche de la lumière solaire.

SON MODE D’ACTION

La mélatonine et la sérotonine au service de la luminothérapie. Elle est une substance essentielle dans les mécanismes de la luminothérapie.  La mélatonine est une hormone, souvent appelée « hormone du sommeil ».

Si les rythmes biologiques qui sont soumis à notre horloge interne ne sont plus synchronisés avec le jour et la nuit, on subit alors des symptômes dérangeants. Le du décalage horaire en est l’exemple le plus connu : il nous fait somnoler pendant la journée car nos rythmes endogènes sont persuadés que c’est la nuit. En fonction des signaux envoyés par l’horloge interne, l’organisme sécrète la mélatonine, notre hormone du sommeil pendant la journée plutôt que la nuit. On peut « recaler son l’horloge » en s’exposant à la lumière à un moment précis de la journée. Le but est d’avancer ou de reculer son horloge interne. La prise de mélatonine, également au bon moment, contribue à régler l’horloge interne sur le bon rythme.

La luminothérapie bloque la mélatonine, l’hormone qui déclenche le sommeil. La mélatonine est sécrétée dans la journée quand il y a un déficit d’exposition à la lumière, et augmente le niveau de sérotonine, l’hormone de l’énergie ou « du bonheur » qui permet de résister au stress et qui régule l’humeur.

De plus, quand la lumière pénètre dans l’œil, elle est transformée en signaux électriques qui, envoyés au cerveau, agissent sur des neurotransmetteurs. Un de ceux-ci, la sérotonine, souvent appelée « l’hormone du bonheur », régule l’humeur et gouverne la production de la mélatonine, responsable des cycles éveil-sommeil.

Il y a une « reprogrammation » de l’horloge biologique permettant une sécrétion normale de la mélatonine la nuit en fonction des phases du sommeil.

LE TYPE DE LUMIERE UTILISEE

Il s’agit du spectre lumineux solaire mais SANS infrarouges (IR) et ultraviolets (UV) qui sont nuisibles pour la peau et la cornée. L’unité d’éclairement est le lux. La dose recommandée est de 10 000 lux pour une période de 20 à 30 minutes par jour, de préférence le matin.

Au sein de notre Espace Bien Etre nous vous faisons profiter des bienfaits de notre lampe à luminothérapie